[Récit de concert] 14/01/2017 : Archi Duchesse @ Cluricaume

Il fallait avoir la science infuse, ou bien connaitre le groupe ou le graphiste de l’affiche, pour avoir l’information, mais il y avait bel et bien un concert ce 14 janvier au Cluricaume. Etant donné les affluences moyennes actuelles dans les cafés-concerts du centre-ville, on ne saura seulement blâmer ce manque de communication (en témoigne le concert de Classe Mannequin la veille au Relax), mais les invités du soir auront eux aussi droit à leur dizaine de personnes (on est sympa) en guise d’accueil.

affiche-archi-duchesse

  • Archi Duchesse : En dehors d’une affluence similaire, d’autres analogies peuvent être faites entre Classe Mannequin, qui a essuyé les plâtres de la désaffection pictavienne la veille et au soir, et le groupe chargé d’ambiancer ce samedi. A commencer par leur ville d’origine, Nantes, un nom en français pas forcément clinquant en dépit d’un chant en anglais, et également l’époque au coeur de laquelle le power trio vient puiser son inspiration : les années 90. La comparaison s’arrêtera là. Outre une exposition bien moindre (deux sorties a priori autoproduites, peu de visibilité « médiatique »), les influences sont par ailleurs plus identifiées, et vont allègrement piller le catalogue Touch&Go (voire plus largement les productions signées Steve Albini). C’est assumé et revendiqué, et ils reprendront d’ailleurs « Bloody Mary » de Jesus Lizard. A la manière d’un Blacklisters light, les compositions empruntent donc cette voie brute et sèche, façonnée par les rythmiques tout en syncopes et saccades de la batterie sur lesquelles vient se calquer une basse tronçonnante, et l’urgence dissonante des riffs éraillés de la guitare confortée par un chant arraché et scandé. Ce sera d’autant plus vrai dans la deuxième moitié de set, où le trio insistera sur les titres de son premier EP Chemistry (« Free Will », le morceau-titre, et « Ready For Bluetooth » pour finir avec 5 cordes), le début du concert mettant l’accent sur du matériau plus récent dans lequel Archi Duchesse pousse l’écriture sur des terrains plus calmes et mélodiques (l’inédit « Sinner », « By All Means », mais attention au très explosif « Only Dead Fish Go With The Flow »). Les inédits ouvrant la setlist et devant figurer sur une prochaine sortie montrent même des nantais expérimentant un noise-rock moins cérébral et presque catchy, notamment sur « Women And Children First » qui sera rejoué en rappel. Des structures a priori plus simples qui devraient permettre au trio de se montrer un peu plus présents sur scène, où on pourra les trouver un peu raides et statiques.
Archi Duchesse (CC0)

Archi Duchesse (CC0)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :