[Chronique de disque] Witchthroat Serpent – Sang-Dragon

witchthroatSorti le 30 avril 2016 chez Deadlight Entertainment.

Deux ans après le premier album et cinq ans après la création du groupe, les sudistes convoquent un nouveau sabbat dans la brume des encens et réveillent le Serpent endormi dans la gorge de la Sorcière. Comme pour son précédent et premier effort, le trio originaire de Toulouse est resté près de ses racines, ce nouveau disque paraissant sous le sceau du label ariégeois Deadlight Entertainment. Remarquée l’an passé pour la sortie du Five Degrees Of Insanity de Cult Of Occult, l’éclectique structure basée à Foix (Cowards, Los Disidentes Del Sucio Motel, Crusher) semble depuis quelques temps se spécialiser dans les tempos lents. Cette nouvelle sortie ne devrait pas dire le contraire.

Marqué par un occultisme omniprésent, un mysticisme hypnotisant et un psychédélisme chamanique, le stoner-doom des garonnais trouve finalement logiquement sa place au sein du catalogue de la Lueur Morte, habituée des productions placées sous le signe du Mal, quelle qu’en soit l’acception.

Avec Sang-Dragon, Witchthroat Serpent expérimente l’enregistrement sous l’influence du psychotrope du même nom, pour une expérience au plus proche de la transe maléfique. Difficile de dire si l’encens rouge a réellement pu influencer le jeu du combo guitare/chant-basse-batterie sur ce disque, toujours est-il que l’atmosphère s’en dégageant nous ramène sans mal au coeur d’une assemblée nocturne enfumée, la voix divinatoire du chanteur trainant sur chaque syllabe comme autant d’incantations, les riffs et la basse chargés de fuzz grondant comme un écho résonnant des affres d’un état hypnotique, et la batterie groovy ondulant comme le Serpent avec lequel on pactise ici. La tracklist révèle un ensemble relativement homogène, le trio sudiste ne faisant aucun mystère sur une prétendue recherche de progressions alambiquées, de variations d’intensités, et n’affichant aucune velléité autre que de distiller un riffing vintage venimeux propice à immerger l’initié dans un état extatique consécutif à une morsure ensorcelante. La courte introduction, »Hydra’s Bewitchment », avec sa wah-wah et ses effets vaporeux, ne ment ainsi pas lorsqu’elle promet un envoutement préparatoire au voyage sabbatique, et se fait annonciatrice d’une propension du groupe à inclure des envolées psychédéliques en contrepoint de suites d’accords à la lourdeur malfaisante, eux-mêmes soutenus par des patterns de batterie rampants agrémentés d’un jeu de cymbales fourni. Le disque dans son ensemble ne s’écarte guère de cette configuration, qui s’appuie sur la mise en relief de quelques riffs à l’occultisme encore plus marqué que le reste (« Lady Sally », Siberian Mist »), même si certains morceaux de la face B laissent un peu de place pour inclure quelques éléments inattendus, comme une accalmie sur fond d’orgue inquiétant (« Behind Green Eyes »), une accélération enragée au bout d’une visite inquiétante « Into The Black Wood », ou un blast introductif à « Mystical Devotee ».

Witchthroat Serpent confirme avec Sang-Dragon sa capacité à délivrer un stoner/doom clair-obscur, quelque part entre un spiritisme sorcier lumineux, et un mysticisme reptilien maléfique. Les toulousains ajoutent en cela une nouvelle page au chapitre des légendes associant au prisme de la magie — noire ou non — serpents et femmes aux pouvoirs surnaturels. Ils affirment aussi leur filiation évidente avec Electric Wizard, mais ça, c’est le genre de détail qu’il convient de garder pour la fin : il s’agirait de ne pas faire passer le trio pour une pâle copie de leurs confrères britanniques, forçant le désintérêt. Les sudistes ont beaucoup plus que cela à montrer, si peu qu’on passe au travers des volutes de Sang-Dragon.

Sang-Dragon de Witchthroat Serpent, c’est si tu n’as rien contre : Electric Wizard, Acid King, et Windhand.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :