[Brève] Le point sur les immanquables du Hellfest 2016

Toutes les infos, ou presque, sont désormais connues concernant la grand-messe annuelle du metal en France qui se tiendra du 17 au 19 juin à Clisson. Alors que le festival avait déjà vendu toutes ses places sans avoir annoncé aucun nom, les horaires de passage de chacun des groupes ont désormais été communiqués, et permettent d’envisager de façon maintenant très précise chaque journée de ce qui s’apparente désormais à un pèlerinage incontournable pour tout membre de la « communauté metal ». Après un dixième anniversaire fêté en grande pompe l’an passé (souvenez-vous : ici, et , ou encore ici), le Hellfest ne semble pas se reposer sur ses lauriers, et, en plus de proposer une programmation toujours aussi démesurée sur laquelle on va tout de suite s’attarder, prévoit de soigner encore plus le site — avec notamment une statue en hommage à Lemmy — pour une immersion totale dans le plus grand camp de vacances metal de France, voire d’Europe.

banniere hf

  • Vendredi 17 juin : Le gros temps fort du jour — et peut-être même du festival tout entier — c’est évidemment la prestation de Rammstein, réclamée de longue date par les festivaliers, qui occupera la Mainstage 1 pendant 1h30 (!) de spectacle pyrotechnico-indus’ où on devrait en prendre plein les mirettes. Au delà de ça, il faudra bien un set de Converge sur la Warzone pour achever cette première journée dans la violence la plus totale. Mais en dehors de ce premier final, le vendredi devrait réserver son lot d’incontournables. A commencer par les parisiens de Cowards, qui feront planer l’ombre de Kickback sur l’ouverture de la Warzone (en espérant qu’ils prennent moins de mottes de terre sur la gueule). L’enchainement entre le doom blackisant de Ramesses et le crust-punk mélodique de Victims sera peut-être un peu moins cohérent que celui estampillé Turbojugend entre Turbonegro et Kverlertak, mais il promet lui aussi de beaux moments de communion, dans la bière tiède ou les volutes de chanvre. A ne pas manquer enfin pour cette première journée, le live des Melvins, qui devraient avoir assez de matière dans leur trentaine d’albums pour nous faire un set convenable dans la Valley.
  • Samedi 18 juin : On délaissera sans souci les Mainstages pour cette deuxième journée car la Warzone nous réserve une rétrospective punk impressionnante et éclectique. Le passage en revue commence avec le d-beat crusty de Discharge, et se poursuit avec le street-punk des UK Subs, le punk pathetique et festif des Toy Dolls, le punk-rock californien de Bad Religion pour s’achever dans le plus grand des n’importe quoi avec la reformation d’un des groupes phare du mouvement rock alternatif : Ludwig Von 88. En groupie de Black Flag qui se respecte, on ira aussi voir Gutterdammerüng qui conclura sur la Warzone. On ne sait pas trop de quoi il retourne mais il parait que Henry Rollins sera sur scène. Il y aura également du beau monde en dehors de la scène punk, et notamment une matinée atmosphérique : sludge avec Hangman’s Chair dans la Valley et black metal avec Myrkur dans le Temple. Pour retomber plus bas que terre, le set et le metal hybride de Mantar sous la Valley seront de mise. Passés deux dilemmes Altar-Valley — Agoraphobic Nosebleed ou Torche? Entombed A.D. ou With The Dead? — on n’hésitera cependant pas à aller voir Napalm Death conclure sous l’Altar.
  • Dimanche 19 juin : A l’inverse du samedi, on passera pas mal de temps sur les Mainstages pour ce dernier jour, et ce dès le matin avec le set des maîtres du crossover Municipal Waste. Dans l’après-midi, Gojira devrait sans doute jouer quelques titres de Magma, leur dernier album sorti deux jours avant (même si c’est un crève-coeur de rater Mgla sous le Temple, qui joue en même temps). On campera devant les grandes scènes en fin de journée pour se délecter de l’enchainement placé sous le signe de Satan et groupant Slayer, Megadeth, Ghost (qui prévoit un show spécialement conçu pour le Hellfest) et enfin les adieux à Black Sabbath (on fermera les oreilles sur les déboires vocaux d’Ozzy). En dehors des Mainstages, le menu s’annonce aussi bien salé, puisqu’on retrouvera la noise corpulente d’Unsane et le hard-rock psyché et vintage de Kadavar dans la Valley, tandis que côté Warzone, on goûtera au feeling insensé de Turnstile ainsi qu’au crossover texan de Power Trip, pour finalement conclure ces trois jours de festival par le set de Refused.

A noter également : une centaine d’autres groupes susceptibles de retenir l’attention, disséminés sur six scènes dont quatre spécialisées (hardcore/punk, stoner/doom, black/folk, death/grind), au coeur d’un site à l’esthétique particulièrement soignée et accolé à un camping verdoyant qui la nuit tombée devient le centre international de la course de caddie. Alors, on se voit à Clisson?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :