[Chronique de disque] Seal Of Quality – Affective Design

soqSorti le 3 mai 2016 chez Kythibong.

Alors que l’année 2015 a vu Nicolas Cueille s’investir dans ses innombrables projets de groupe — qui ont pour beaucoup sorti du nouveau matériel, que ce soit le split de Room 204 avec Pneu, le premier album de The World, la démo de Pyjaramarama et même le live de Christ In Boutin — ce printemps 2016 marque un retour aux sources pour le rouennais, qui se recentre sur son projet solo initial, qu’on retrouve inévitablement au catalogue des nantais de Kythibong. La rédaction du Barbelé se la joue donc Joystick pour l’occasion, et entame de suite le premier niveau de ce jeu de plate-forme en 2D et en 8 levels.

Ce sera forcément un peu cliché de filer la métaphore vidéoludique pour parler de cet album conçu en grande partie à partir de Game Boys bricolées, mais il sera cependant difficile de passer à côté tant les morceaux et leur agencement sur ce mini-LP (26 minutes pour tout finir, si tant est qu’on ne bute pas sur un niveau) évoquent des univers imagés et des ambiances contrastées qui suivent une évolution marquée.

Une évolution qui se ressent également lorsqu’on compare Affective Design à ses prédécesseurs. Les compositions ont clairement gagné en nuances en incluant davantage d’éléments pop qu’auparavant à la base chiptune qui a fait l’identité du one-mand-band rouennais. « All Set Up », qui ouvre l’album, le fait ainsi tout en douceur, avec un beat en retrait, un lead 8-bits ascensionnel et des lignes de voix rêveuses et vocodées qui immergent l’auditeur dans un monde coloré et pixelisé semblable à l’artwork de l’album. Un monde qu’on ne quittera que sur le superbe « Deceiver », un sprint final obtenu après avoir vaincu « A Fading Kind » en guise de boss final explosif déversant des tonnes de petits cubes polychromes en cascade. Une ultime course d’obstacle menée par un lead de guitare imparable, qui conclut finalement après une dernière accélération exaltée avec une boucle synthétique à la Devo se brouillant progressivement pour reprendre contact avec le monde réel, les sonorités naturelles de la batterie de l’inénarrable JB Pneu (décidément toujours dans les bons coups) reprenant finalement leurs droits. Entre ces deux extrémités, le soliste normand programme un parcours varié où la boite à rythme, au potentiel plus exploité que sur les opus précédents tout en étant moins en avant, joue un rôle essentiel dans l’élaboration des ambiances mécaniques de chaque morceau. Autour de cette ossature rythmique elle-même à géométrie variable (binaire, ternaire, saccadée), Seal Of Quality agrège ses trois composants incontournables que sont les lignes de guitare, les briques synthétiques et les mélodies vocales catchy (moins artificielles qu’avant) en multipliant les procédés. Suivant le niveau débloqué, les nappes, jingles et autres leads de guitares ou d’émulateurs intelligemment imbriquées dans les lignes de voix nous emmènent au coeur de courses folles (« Push And Pull »), de puzzle-games énigmatiques et inquiétants (« Ricochet »), mais surtout dans des paysages virtuels oniriques d’une infinie quiétude (« Candid Occasion », « Memory Fail » ou le magnifique refrain de « True Thief »).

Chainon manquant entre la dream pop lumineuse et le chiptune grésillant, Affective Design n’est finalement qu’un énième achievement dans la discographie de Seal Of Quality, même si ce nouvel effort réussit plus que jamais, à rebours du transhumanisme ambiant, à augmenter le froid potentiel technique des machines en y programmant une foule d’émotions humaines, qui irradient les nappes et les arpèges synthétiques peuplant cet album. L’inimitable timbre du soliste de chair et d’os y est évidemment pour beaucoup, mais on sort pourtant de cet album intimement convaincu des facultés poétiques de la technologie, le monde se dessinant désormais en gros pixels multicolores.

Affective Design de Seal Of Quality, c’est si tu n’as rien contre : Bubblegum Octopus, Arcadecoma, et la nintendo-pop.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :