[Récit de concert] 01/04/2016 : Short Days + Punch Drunk @ Zinc

SuperTreble et Bob continuent l’édification de leur autoroute reliant le Zinc à Portland, escale à Paris et à Lille de rigueur. Après les franciliens de Youth Avoiders et Stalled Minds ces derniers mois, l’orga bicéphale poussait l’exploration plus au Nord pour continuer à défricher le catalogue de Build Me A Bomb (NervosasIdiot Talk, Anxiety Attack…) et attirer un de ses représentants les plus prolifiques. En toute cohérence après avoir organisé le jubilé des Washingtonians, c’était au trio issu des cendres de ce combo désormais passé au rang de légende locale qu’il revenait d’ouvrir la soirée, à 20h30 tapantes, l’horaire ayant été scrupuleusement respecté pour permettre d’assister au set de Nesseria prévu au Cluricaume (ce qui eut été possible si le pub avait joué le jeu, dommage).

affiche sd

  • Punch Drunk : Les Washingtonians étant officiellement décédés depuis novembre dernier et un show chevelu aux motifs léopard, on apprenait finalement au cours de la seconde édition de Ça Va Saigner Du Clu que la section instrumentale avait survécu au split et jouait son premier concert — qu’on qualifiera de répétition en public — en ouverture de Pulmonary Fibrosis. En ce vendredi printanier, Punch Drunk jouait donc pour la deuxième fois, et calmait le jeu sur les pains, même si l’ « impro jazz » lancée sans concertation par le guitariste-chanteur à la fin de « Mickey Sucks Dicks » sèmera la confusion mais aura le mérite d’allonger un set qui n’excèdera pas les 20 minutes, et de montrer la propension du trio à ajouter du fun dans un océan de brutalité. Les amateurs des Washingtonians y seront pour leurs frais, puisqu’on retrouve ici le subtil mélange de hardcore crasseux et de grind faisandé qui caractérisait Severed Heads. Principale crainte vite dissipée, la reprise du chant par le guitariste, en lieu et place du coffre imposant de son charismatique prédécesseur, fonctionne plutôt bien, surtout quand on le voit labourer son manche en débitant les suites d’accords par rafales. Navigant toujours dans les eaux fétides et bouillonnantes de Napalm Death ou Brutal Truth, Punch Drunk privilégie les mid-tempos bien groovy, tout en conservant la capacité d’accélérer dans des envolées fastcore rutilantes (« Sleep Well », « Active/Negative »), voire de dégoupiller complètement au cours de déluges de blasts à la lisière du grindcore (« The Fall », « Mickey Sucks Dicks »). Du reste, « Dead In The Garden », outre montrer — s’il s’inspire réellement de ce fait divers sordide — la capacité du combo à faire grincer le morbide, confirme le potentiel fédérateur de certains plans plus lourds qui rappellent « Vultures Culture » et donnent envie de s’époumoner. Moins metal et plus hard/crust/fast/grind-core, cette nouvelle configuration compense la perte d’un membre par plus de vitesse, plus de violence et plus de fun. Les Washingtonians sont morts, vive Punch Drunk !
PD

Punch Drunk (CC0)

  • Short Days : Changement de registre avec le power-trio lillois, qui ramène un peu de fraicheur en même temps qu’un peu de public pour se joindre aux copains de Punch Drunk et atteindre la trentaine bien tassée. Etant finalement acté que le Cluricaume commencera de bonne heure, les balances trainent un peu sur « California Sun » et « Blitzkrieg Bop », qui sans révéler le créneau de Short Days, traduisent quand même un changement de cap par rapport à la première partie. Moins de disto, zéro blast et du chant mélodique : dans un registre punk-rock plutôt actuel et dans le sillage d’une tonne de groupes sortis de Portland ou bien au regard fixé dessus (Red Dons, Autistic Youth, les sorties Sabotage Records), les nordistes cultivent le savoir-faire du riff catchy et de la ligne de voix entêtante tout en poussant les tempos et le sens du twist à la limite du hardcore 80’s. « Bleak City » attaque ainsi bille en tête sans qu’on puisse s’empêcher de penser à Daily Ritual et fait d’emblée sentir un set plus rugueux, notamment au niveau de la voix, qui délaisse ses accents les plus chantants pour un registre braillard qui se fait fédérateur sur les refrains. Avec un EP en préparation sur No Glory et un LP en gestation, le set ne comportera finalement pas beaucoup de matériau connu (« Alternative Rijsel », « Endless Winter ») pour faire place à une palanquée d’inédits confirmant un riffing affuté, une basse obsédante et des lignes de voix aux variations imparables, marquant le punk rock de Short Days du sceau de la prestance et de la légèreté. Faisant l’impasse sur leur premier EP (et sur les titres « It’s Done » et « Childhood Room »), le trio nous gratifiera tout de même en fin de set de « Life Of The Living Dead », que le batteur qu’on sentait fébrile sur certains breaks plantera finalement sur le premier essai et sous la pression grandissante du public. Au bout d’une grosse demi-heure de set et d’un rappel soutiré à grand peine, les lillois nous feront donc ressortir de la cave remontés à bloc. Mais à 22h à peine, Nesseria joue son dernier morceau du côté de la Place du marché, et le silence reprend déjà ses droits sur Poitiers.
Short Days (CC0)

Short Days (CC0)

Publicités

2 responses to “[Récit de concert] 01/04/2016 : Short Days + Punch Drunk @ Zinc

  • 616

    Vraiment bravo pour ce site.
    Rare sont les reports aussi pointus,stylés et referencés.
    (Je m’interessais a ce concert,que je n’ai pas vu,pour Short Days et je me retrouve aiguillé vers un nouveau filon de groupes a explorer)

    Prendre le temps de revenir en detail (et avec du vocabulaire) autant sur les ambiances,le set que la description precise du style propre des groupes : je dis classe !

    • la Rédaction

      Wow pitaing ! Merci pour ces quelques mots !
      Concernant Short Days, il faut viser Portland, mais j’ai réécouté Rotten Mind il y a peu et si tu aimes SD, tu devrais y trouver ton compte !
      Merci encore pour ton message! Tcho!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :