[Récit de concert] 04/11/2015 : Marylin-Rambo @ Relax

Enfin ! Après avoir raté leurs passages à Poitiers à Zo Prod, j’ai enfin réussi à voir le duo en concert. Ça me titillait d’autant plus que même si on en a parlé que très brièvement par ici, les deux fers de lance d’Et mon cul c’est du tofu? sont à l’origine d’un des meilleurs disques sortis cette année. Sans qu’on sache bien s’il s’agit d’un désaccord général sur ce point ou bien d’un créneau inapproprié (un mercredi soir) pour organiser un concert, le public n’aura cependant pas vraiment répondu à l’appel — et les deux motivés ayant fait la route depuis Tours pour l’occasion ne gonfleront pas l’affluence puisqu’ils n’arriveront qu’au moment du rappel.

affiche marylin

  • Marylin Rambo : Et ils mettront du temps à venir, les titres de ce Qu’est-ce que tu fais pour les balances?. Sans avoir l’air d’y toucher, le duo en est déjà à son quatrième disque, et dispose d’une pléthore de titres pour composer une setlist qui pioche sur chacun d’eux. L’occasion de se replonger dans des morceaux que je connais moins, des débuts plus lourds, dissonants, post-hardcore de Skiez Plus Vite et Baleine A Nourrir (« Choux Chinois », « Hollywood Terror », « Minimal Full Power ») mais annonçant déjà à travers « Marie Do » ou « Réfugié Touristique » les joyeusetés mélodieusement math-rock qu’on retrouve plus récemment sur Izizolaop (« Piège A Cons », « Sinoc Youth ») et rapprochent le duo d’autres formations instrumentales cultivant l’art du pattern à géométrie variable et de l’arpège sémillant comme Room 204 ou Papaye. Au milieu de tout ça, pour les afficionados du dernier disque, il faudra bien ronger son frein et assister au saccage par le batteur du final à la double pédale de « Ma Cousine Bonobo » et de la montée saccadée de « Marylin-Brando ». Quelques petites maladresses qui égrèneront le set mais sur lesquelles on passera volontiers tant le bonhomme fait travailler les zygomatiques entre les morceaux. Egalement aussi parce que côté guitare, ça déconne moins : les superpositions et questions/réponses rythmique-mélodie qu’on pouvait penser issues de boucles sont en fait jouées en direct et démontrent une certaine dextérité. Une dédicace à John Makay plus loin, qui permet de remonter aux sources de cette noise bien vitaminée, et il est enfin temps d’assister au final entièrement consacré à Qu’est-ce que tu fais pour les balances? avec quatre morceaux d’affilée et la certitude que le ternaire « Dadali » est le titre parfait pour achever un set, avec son acmé mécanique et entêtante. Du moins jusqu’à ce que « Rudaplaf For Ever » ne vienne finalement en bonus jouer le rappel, et souligner l’absence de « Suprême Bolos » et « Cyber-Nez-Tiques ».
marylin

Marylin Rambo (crédits : CC0)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :