[Brève] Le point sur les immanquables du Hellfest 2015

Après une édition 2014 marquée par une programmation impressionnante, avec trois têtes d’affiche monstrueuses (Iron Maiden, Aerosmith et Black Sabbath, en l’occurrence), la version 2015 du festival clissonnais, la 10ème du nom qui plus est, était bien évidemment très attendue. Tandis que les rumeurs les plus folles circulaient, impliquant des noms comme AC/DC ou encore Metallica, qui restent les seules et dernières grosses pointures encore en activité à n’avoir toujours pas foulé la Mainstage du Hellfest, les premiers noms tombaient finalement dès novembre, et les billets se vendaient quant à eux comme des petits pains. Côté têtes d’affiche, l’orga semble avoir misé sur l’effet de masse : alors que l’an dernier, trois géants se distinguaient du reste des headliners, cette année, les groupes prestigieux sont pléthores et des formations comme Judas Priest, ZZ Top, ou Motörhead tiennent la dragée haute à Slipknot, Scorpions et Faith No More, les trois têtes de gondole du cru 2015. Mais comme il n’y a pas que les Mainstages dans la vie, et qu’en plus le running order est tombé il y a quelques jours, on fait un point sur quelques groupes à ne pas manquer cette année à Clisson.

hellfest

  • Le vendredi 19 juin : On commence tranquillement un peu après 14h pour cette première journée, avec une petite alerte sur le stoner bien sablonneux de Truckfighters sur la scène dédiée au genre, directement enchainé avec le set bien plus terre-à-terre des emocoreux de Defeater dans la Warzone. Le reste de la journée se partagera entre ces deux scènes, puisqu’outre un crochet par la Altar histoire de ne pas manquer les patrons de Meshuggah un peu avant minuit, on aura droit à Trap Them et Dead Kennedys (oui, ça sent un peu le groupe de reprises sans âme — qui joue désormais avec la Guantano School Of Medicine — mais à cette heure-ci, la nostalgie peut facilement prendre le pas) côté punk, et qu’il y aura du lourd côté Valley avec High On Fire, Envy et Mastodon ! Des riffs un peu plus corsés que les volutes chanvrées qui flottent habituellement sous la tente rouge, histoire de préparer la deuxième journée qui devrait faire monter d’un cran la pression.
  • Le samedi 20 juin : Il y aura en effet du deathcore au petit déjeuner, avec les lillois de Deep In Hate ! L’essorage matinal sera quant à lui dispensé par les bordelais de Monarch et leur doom écrasant, pour un set de 40mn (soit environ 3 morceaux). On ne sera pas en reste côté death thrashisant old school, puisque Crusher et Obituary seront de la partie et raviront les amateurs de sang sous la Altar, où on pourra par ailleurs croiser les japonais de Coffins, dans un style plus abrasif. A part un détour par la Valley pour prendre la poignée de sable dans la gueule administrée par Orange Goblin, et un autre pour la Mainstage 2 où se produiront les anglais de Killing Joke, les choses se passeront essentiellement dans la Warzone, avec trois têtes d’affiche tout droit issues de ce que les nineties comptent de plus HxC, à savoir Biohazard, Madball et Body Count (malheureusement à cheval sur le set de Killing Joke) ! Pour sûr, le sommeil devrait être bien lourd ce samedi après cette dernière salve de hardcore.
  • Le dimanche 21 juin : Et il faudra avoir les idées claire pour ce dernier jour, puisque c’est à ce stade que les choix les plus cornéliens devront être faits. Et ce dès le saut du lit, puisque ce seront, dans trois styles radicalement différents mais tous avec la qualitey comme leitmotiv, Iron Reagan, Hypno5e et Witchthroat Serpent qui accompagneront les Chocapic à 10h. Petit répit sur la Warzone avec Birds In Row, qui n’auront pas beaucoup de concurrence, et rebelote à 12h15 : Code Orange ou The Great Old Ones? Et rebelote à 13h35 : Red Fang (que j’aurais plutôt vu dans les têtes d’affiche de la Valley) ou OFF! ? Quels que soient les choix, il semblerait donc que la frustration soit au rendez-vous en ce dimanche de fête de la musique, malgré — et c’est paradoxal — la richesse de l’affiche. Richesse que la Valley contribuera largement à renforcer avec la présence notable de quelques monstres de la scène sludge/doom, parmis lesquels Eyehategod, Saint Vitus et le set annuel de Phil Anselmo, avec cette fois-ci Superjoint Ritual. Ne restera alors plus qu’à entrecouper tout cela d’un gig de Beastmilk (ou plutôt Grave Pleasures) et de NOFX pour conclure en beauté et achever la journée et le Hellfest 2015 dans la joie et l’allégresse.

Notes : Autant dire que le récap’ ci-dessus ne donne qu’un infime aperçu — subjectif qui plus est — de ce que l’affiche du festival clissonnais compte de pointures nationales et internationales. Le Hellfest, ça reste avant tout la meilleure occasion de découvrir ou redécouvrir ce que la scène metal au sens large compte souvent de meilleur, le tout dans une ambiance et un cadre, comme son nom l’indique, diaboliquement festifs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :