[Récit de concert] 06/02/2015 : Gâtechien @ Relax

Une fois n’est plus coutume, c’est encore le Relax qui a décroché la timbale, et qui a cette fois réussi à faire venir un groupe certes local (de la campagne cognaçaise en l’espèce, d’où ils tiennent leur nom), mais tout aussi reconnu au sein de la scène noise nationale. Saveur un peu particulière supplémentaire : j’ai beau les avoir vu quelques fois depuis, Gâtechien reste, sinon la première, une des premières formations que j’ai vu sur scène. Les deux charentais ont aussi accompagné une bonne partie de mes années lycée, après que je les aie découverts dans un sampler de Rock Sound… Bref, vous avez peut-être autre chose à faire que lire mes tranches de vie, alors si on parlait du concert au Relax?

Affiche gatechien

  • Gâtechien : Le duo a beau avoir annoncé sa séparation il y a déjà plus de trois ans, ça ne l’a pas empêché de sortir un LP dans l’intervalle, de rééditer leurs deux premiers EP, et de régulièrement s’incruster sur des affiches alléchantes. Et comme il reste encore un peu de justice en ce bas-monde, il n’y avait pas de raison pour que Poitiers y échappe. D’autant plus qu’en tant que voisins, les deux acolytes sont un peu comme à la maison. Certains signes ne trompent pas, et en plus d’une affluence significativement plus importante que d’habitude, on sent que l’affiche du soir a drainé un certain nombre d’habitués et de connaissances plus ou moins proches du groupe. L’ambiance est donc plutôt détendue, et Gâtechien, du haut de ses 10 ans d’expérience et de l’excellente discographie qui va avec, n’a de toute manière plus grand chose à prouver. Le set prendra donc l’allure de best-of, même si, avec deux albums de moins de cinq ans d’âge (4 et 5) et un repressage tout chaud de 1 et 2, la galette du milieu, 3, qui contient à mon sens quelques-uns des meilleurs titres du groupe, fera un peu figure de dindon de la farce. Cela n’enlève toutefois rien aux titres joués, qui feront eux-aussi la part belle aux patterns musclés, aux mélodies aériennes, aux cordes vocales à vif et aux bourdonnements lancinants qui ont fait la réputation du groupe.
Gâtechien (Crédits : Claudie Relax)

Gâtechien (Crédits : Claudie Relax)

Et pour ça, guère besoin de plus que quatre cordes, deux futs et trois cymbales. Formation minimaliste pour noise maximaliste. Ça vous rappelle Pneu? Hé ben en fait non. Bien loin des fulgurances matheuses des tourangeaux, Gâtechien se fait plus lourd, et revient aux sources du post-hardcore typique des 90’s, avec pour influences majeures l’abrasion à la sauce Shellac (« 3 »), les mélodies émotionnelles de Fugazi (« Vrai Départ »), la tension pachydermique de Jesus Lizard (« T ») et les fourmis dans les jambes du grunge (« 5 à 7 », « Rocky Balbelaud »). Ça fait beaucoup pour les deux bonhommes? Que nenni! Laurent Paradot (qu’on retrouve par ailleurs dans Epiq, vous vous souvenez?) trouve ici l’assise rythmique idéale pour laisser libre cours à son jeu fantasque et sa voix éraillée. Et les mecs auront quand même l’outrecuidance de nous dire qu’ils sont rouillés. Alors certes, le batteur finira avec une main vaguement en sang,  et les parties de chants vraiment mélodiques (« A », « Faux Départ », « Ménage à Trois ») passeront peut-être un peu à la trappe, (même si elles épargneront « Morrissey »). Mais si on parle de la 4-cordes, ce sera difficile de dire autre chose que du bien, tant la richesse des lignes de basse nous fut restituée au petit poil. J’ai toujours été impressionné par la capacité de cet instrumentiste à jouer à la fois la ligne rythmique et la ligne mélodique (« Faux départ », « Le Rouge à Lèvres à Mon Père ») en multipliant les recours au taping, jeu au doigt, au pick, au dé à coudre… et en faisant l’économie d’une pédale de loop. Ça m’a frappé à chaque fois que j’ai vu le groupe, ça n’a une fois de plus pas manqué. Pour un groupe prétendument mort, on peut donc dire que Gâtechien bouge encore, et sacrément. Du coup, ben… Longue mort à Gâtechien !

gatechien

Gâtechien (Crédits : Mila)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :