[Chronique de disque] Pneu – Destination Qualité

Destination Qualité cover artDestination Qualité. Autant dire qu’avec un titre aussi prometteur, mieux vaut avoir le cul propre et être sûr de son coup. Mais en tant que machine à tuer en live (vous vous souvenez?), et en-cela duo noise vraisemblablement le plus demandé par les salles de concert de France et de Navarre ; auteur d’un Highway To Health d’une richesse énergétique, mélodique, technique sans nom, Pneu s’appuyait sur de solides arguments pour pouvoir oser un tel titre. L’autoroute pour la santé promis par le précédent opus ayant finalement débouché pour notre plus grand bonheur sur tellement de folie, on était quand même en droit de flipper un peu, et d’espérer que les tourangeaux aient cette fois opté pour un itinéraire conforme à celui initialement annoncé.

A première vue, ce nouveau disque à l’artwork châtoyant, à la track-list toujours autant fantaisiste et raccord à l’esprit bamboule made in Indre-et-Loire, semble bien sucer la roue de son prédécesseur. « Municipal Geographic », et « Pyramide Banane Chocola » rétablissent le contact CB avec la disto « crado mais pas trop » de la guitare et la claquance de la batterie. Le gros riff bien massif est là, bien boudiné dans son petit siège-auto, le petit arpège virevoltant aussi, à la place du mort, et ça s’acharne toujours autant sur son petit tableau de bord et ses deux pédales (celle de frein est cassée) du côté du poste de pilotage rythmique. C’est cependant réellement « Catadiopre Ambidextre » qui fout un gros coup de starter et fait réellement démarrer le bouzin, avec son intro à propulsion et son moteur à trois temps ronflant.

Passés ces trois titres, on se dit quand même que les deux tourangeaux ont peut-être un peu simplifié la mécanique. Et même si ça reste toujours très bien huilé, on ne retrouve pas les progressions soignées et les amoncellements de loops qui nous étaient servis dans Highway To Health. Ici, le combo joue davantage la carte de la succession que de la superposition, et enclenche un peu le pilote automatique, histoire de livrer ce qu’on attend de lui. Les riffs et les patterns s’enchainent donc jusqu’à former une caravane parfois un peu poussive (le duo en fout un peu partout et manque parfois de fluidité), mais qui conduira assurément le disque jusqu’à la destination annoncée. Le mode turbo enclenché, c’est donc à tombeau ouvert que l’itinéraire passera par les étapes « Futur Plus Tard » et « Temple Machine », qui nous offrent du Pneu pure gomme : agressif, dense, imprévisible. Le gros du chemin étant fait, la certitude acquise d’avoir assez de carburant pour parvenir à la qualité promise, le groupe se permet alors quelques détours vers des routes moins connues, plus expérimentales, qui semblent avoir bénéficié du déficit de travail évoqué pour les titres suscités.

Si « Hinges » est quant à lui un peu à part — il s’adjoint les services du chanteur d’Enablers pour livrer un titre dissonant, lourd et déguigandé, un peu dans l’esprit de « Grapes« , seul titre chanté du dernier Papaye — « Gin Tonique Abordable » (lente montée où il ne se passe pas grand chose), « The Biggest, The Ankle » (assemblage bruitiste arythmé) et « Astronomism » (qui combine les caractéristiques des deux morceaux précédents) semblent indiquer que le duo a focalisé ses efforts sur le fignolage de ces titres plus inattendus, où l’énergie est moins concentrée, et exprimée de façon plus inhabituelle. Problème : ça ne fonctionne pas forcément. Heureusement, les pistes plus conformes au math-noise habituel des deux compères, bien que moins soignées que sur Highway To Health (mais plus brutes et peut-être encore plus efficaces en live), permettent aux indroligériens ces petits détours en roue libre, et empêchent le disque de passer sous la barre du qualificatif « Excellent ». Alors, Destination Qualité ? Oui, mais attention à ne pas trop s’attarder sur les chemins détournés, sous peine de perdre quelques passagers qui n’attendaient rien de plus que la dose de pure adrénaline habituelle. Pour ça, on pourra cependant toujours compter sur la version live de Pneu.

Destination Qualité de Pneu, c’est si tu n’as rien contre : Pneu qui tabasse, Pneu qui expérimente, Pneu qui fait ce qu’il veut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :