[Récit de concert] 07/11/2014 : Bravo Brian @ Relax

Deux soirs après l’excellent concert de Chromb!, la petite scène du Relax était de nouveau mise à contribution pour accueillir l’étape poitevine de la tournée supportant la sortie de Tête De Tigre, dernier album du strasbourgeois Bravo Brian. Pas de première partie prévue cette fois-ci encore, mais qu’importe : malgré — comme souligné pour le concert précédent — le désagrément causé par une assistance partagée entre ceux qui sont venus écouter de la musique live et ceux qui sont simplement venus boire un verre en discutant, le one-man-band aura su passer outre ce relatif désintérêt de la part de la clientèle du bar pour nous offrir un deuxième set en bonus. Une fois arrivés en bas de cette chronique, vous serez donc priés (dans le but de revivre de manière fidèle cette soirée) de la relire une seconde fois.

  • Bravo Brian : « Fais-moi l’amour avec deux doigts » chantait la poétesse moderne. Message reçu cinq sur cinq par le prof d’aérobic moustachu qui se cache derrière Bravo Brian. De fait, l’alsacien applique à la lettre ce précepte dans sa façon de construire ses mélodies synthétiques, et il est rare que les touches du clavier ne soient effleurées par plus que ses deux index. Plus serait de toute façon trop, car tout est histoire de minimalisme dans ce projet : pourquoi s’entourer d’un ou plusieurs compères quand la boîte à rythmes ne demande que le soutien de quelques notes de synthé et d’un soupçon de voix pour réussir à embraser le dancefloor, aussi réduit soit-il? Pourquoi risquer la caricature en sortant la panoplie complète collant-guêtres-adidas blanches à bandes bleu-blanc-rouge quand un simple bandeau dans les cheveux et une moustache suffisent à nous ramener trente ans en arrière, aux grandes heures de l’aérobic-disco? Pourquoi enfin s’embarrasser d’un important dispositif lumineux nous resservant l’incontournable boule à facettes quand une simple guirlande rouge parvient à elle-seule à créer l’ambiance chaleureuse qui sied à ce genre de soirées intimistes? Le cliché n’est donc pas le but de Bravo Brian. Il serait pourtant facile de tomber dans la facilité, tant les codes propres au genre développé sont aisément déclinables. Il serait pourtant aisé de basculer dans la pale copie, tant les références convoquées sont nombreuses. Seulement, le strasbourgeois évite soigneusement les redites, et brode son canevas sans autre objectif que vous entrainer dans son groove infernal.
bravo brian

Bravo Brian (Crédits photo : Licence Creative Commons BY-NC-SA par O.S.)

 La boite à rythmes déroule donc ses beats tantôt martiaux (« Krankreich »), tantôt nonchalants tandis que les synthés grésillants empruntent largement à la new wave 80’s de Depeche Mode ou d’Eurythmics, la voix — vocodée, naturelle, ou un peu des deux — reprenant étonnamment des accents pop grand public, le tout se situant dans une veine rétrofuturiste très actuelle, qu’on peut retrouver dans des projets électro plus nerveux et élaborés tels que Carpenter Brut. La singularité de Bravo Brian se situe donc dans le contraste qu’il réussit à créer en développant des mélodies relativement sombres (« Le Mirroir Noir ») paradoxalement contrebalancées par un humour et un second degré évident se traduisant par des lignes de voix audacieuses (« Only Just With You (For Ever) » ou « Close To Me », point d’orgue du set, avec son refrain enlevé digne de « Believe » de Cher) et des thèmes abordés plutôt décalés (le black metal, danser dans une voiture). Conjuguant un sens aigu de la mélodie accrocheuse, une maitrise acérée de la rythmique qui vous remue le cul, et une appétence pour la déconne qui vous dérouille les zygomatiques, Bravo Brian fait définitivement partie d’une scène actuelle qui ne vit que pour la bamboule. D’ailleurs, la pause rafraichissement est désormais terminée, le maître de cérémonie est de retour derrière ses synthés, vous avez une ou deux bières de plus derrière la cravate, il est désormais temps de tout reprendre depuis le début et c’est reparti pour un tour !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :