[Récit de concert] 28/06/2014 : Inperil + Parametric MCz @ Plan B (Du Rock Dans Le Bunker#5)

5ème édition du festival organisé par Bunker Komix, pour la seconde fois au Plan B, avec d’entrée une mauvaise nouvelle puisque la surprise promise n’est pas bonne : il n’y aura pas de groupe supplémentaire et l’affiche se limitera à deux concerts. C’est d’autant plus dommage que depuis que le 23 a fermé, Du Rock Dans Le Bunker a un peu perdu son côté rock’n’roll (je me remémore avec nostalgie les bamboules sur fond de Bougnoule ou La Bonne La Brute Et Le Truand), tant dans la programmation que du côté de l’ambiance. Mais l’expo est toujours sympa (notamment les sculptures en carton) et on a toujours la garantie de passer une soirée à la cool.

Du Rock dans le Bunker 5

(Source et crédits image : Bunker Komix)

  • Parametric MCz : Jamais vu sur scène, rien sur le net : ça sent un énième projet issu du collectif prolifique Joke Box, qui synthétise à lui seul l’ensemble du hip-hop de Poitiers. Benco : on retrouve au mic Chess (d’Ologram) et Papa Longues Jambes (qui faisait partie de feu les Vocalchimistes) tandis que DJ Nest (ayant lui aussi, entre autres nombreux projets, officié dans les Vocalchimistes) gère les platines. Auto-proclamés représentants de la « old school du futur », le duo de MCz jongle avec les mots sur des instrus qui sonnent effectivement à l’ancienne, mélange de beats plutôt posés et de scratches multiples qui mettront le diamant à contribution. Chaque thème développé (de la girouette à la lobotomie) n’étant qu’un prétexte pour éreinter la langue française à grand coup d’assonances et d’allitérations dans tous les sens. Les interludes sontl’occasion pour le duo au mic de renforcer le côté décalé du projet, peu centré sur l’egotrip (ça fait du bien…) et aussi de faire participer le public. La personne qui montera ainsi sur scène sur « One Again » n’avait cependant visiblement pas vraiment saisi la légèreté du propos et se contentera de rester en position vigile bras croisés pendant tout le morceau avec une gueule digne d’un membre du crew de Booba… Heureusement, Antidatae (membre des Calliphonists et vidéaste émérite) viendra réinjecter une bonne dose de nonchalance là-dedans. Nonchalance dans la démarche, nonchalance dans le flow et deux bons gros pains de suite qui viendront installer un malaise dans le « Bar De l’Espace », hommage appuyé à la Cantina de Star Wars. Et parce qu’un concert réunissant des mecs de Joke Box c’est avant tout le plaisir de faire croquer tout le monde, le set se terminera sur une petite séance d’open mic. L’open mic étant la manifestation la plus éclatante de l’échec de l’autogestion, portant en lui la promesse de flows dégueulasses, de moments de flottements, de mecs qui viennent poser des trucs qu’ils ont sorti y’a trois ans et débitent en boucle à chaque fois qu’un micro leur est tendu etc. Mais c’est aussi l’occasion de se faire scotcher par une impro de Papy Russe, comme ça, tranquille, à la cool, qui se paie en plus gentiment Antidatae dans la bonne humeur. Il fallait bien ça pour finir la soirée en famille.
parametric

Parametric MCz (Crédits photo : CC-BY-NC-SA par Jö)

  • Inperil : Changement de registre avec ce quatuor local fraîchement formé, et jouant ce soir son troisième concert, si je ne m’abuse. On retrouve comme prévu un ex-Nothingness à la guitare et un actuel-Atara à la batterie. Au vu d’un CV plutôt brutal, d’une garde-robe clairement HxC et d’une annonce à base de « voici Inperil, ils vont vous balancer du bons gros hardcore des familles dans vos gueules » on pouvait s’attendre à un set résolument féroce. Et pourtant. Le batteur a rangé ses blasts, le guitariste ses gros accords bien gras et il ne sera guère question ici de moshparts pachydermiques ni même de roulements de double pédale façon mitrailleuse. Non, les locaux préfèrent jouer la carte de la subtilité, en injectant de bonnes doses de post-rock dans leur hardcore qui exploite ce que le genre compte de plus mélodique. Pour tout dire, les arpèges de guitare mélancolique privilégiant les cordes du bas et le chant tourmenté, écorché, dont on pourra regretter la linéarité dans le screamo alors que certains passages plus posés auraient pu mériter une voix plus claire, rapprocheraient le combo de l’emo, façon Touché Amoré. On regrettera par ailleurs de ne pas avoir plus entendu la six cordes et la basse, bien masquées par la batterie et le chant, dont le volume s’étiolera quand même au fil du concert, malgré une posture scénique constante, imperturbable et conforme au genre, poing crispé dans le dos. Les instrumentistes font pourtant le taff et aucun pain ne sera à déplorer malgré deux lâchers de baguettes derrière les fûts, bien négociés par le batteur. Un peu mieux que certains plans rapides où on le sentira un peu poussif sur la durée sur le charley. Mais ce sera bien, avec le manque de variations de la voix, les seules broutilles qu’on pourra reprocher à un set bien mené, et surtout basé sur des compositions déjà bien abouties. Ou l’avantage d’être passé ou de jouer dans des formations par ailleurs bien reconnues et souvent bien reçues par la critique. Bref, gageons que le groupe continuera sur sa lancée, et saura vite nous gratifier de quelques enregistrements afin de prendre pleinement pied dans une scène hardcore locale de plus en plus dépeuplée.
Parametric MCz (Crédits photo : CC-BY-NC-SA par Jö)

Inperil (Crédits photo : CC-BY-NC-SA par Jö)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :