[Chronique de disque] Room 204 – Maximum Vegetation

Maximum Végétation cover artSorti le 28 avril 2014 chez Kythibong

Une mini-chronique pour un mini-album. 11 pistes pour 21 petites minutes. C’est un peu court pour un LP, mais plusieurs facteurs justifient largement qu’on prennent le temps de parler de cette galette. D’abord ça vient de chez Kythibong. Et rien que pour l’ensemble de l’œuvre de ce label nantais, ça me semblait normal de profiter de l’audience dérisoire de ce webzine pour signaler son existence, et expliquer que sans lui, de nombreux groupes constituant le haut du panier d’une scène math/noise hexagonale ayant fait les beaux jours des troquets pictaviens n’en seraient certainement pas là aujourd’hui. On trouve en effet dans son catalogue des formations comme feu-Fordamage, Electric Electric ou encore Papaye. Papaye (live report par ici), dont l’un des guitaristes officie d’ailleurs dans Room 204, aux côtés du batteur de Papier Tigre et de l’homme-Seal Of Quality. Un CV plutôt béton qui, vous le comprendrez aisément, m’aura également poussé à m’arrêter sur cet album.

Enfin ce n’est pas tant l’écorce que le fruit qui nous intéresse ici. Et de ce côté-là, on peut dire que ce Maximum Vegetation se déguste aisément. Difficile de ne pas faire le parallèle avec Papaye, dont on retrouve la fraîcheur et un certain sens de la petite mélodie en trois notes façon jingle (« Trame Verte »). Room 204, à travers ses rythmiques math tortueuses (« Maquis impénétrable ») et ses arpèges chaleureux (« Non Cartographié »), file donc la métaphore fruitée et végétale. Celle qui fait goutter les larges feuilles vertes tropicales dans les pubs pour Tahiti Douche, le dernier clip de Booba et la Chaleur. Alors certes, beaucoup verront dans la musique des nantais une copie quasi-conforme de ce que peut faire Papaye : on retrouve des morceaux construits sur un jeu de question-réponse entre les deux guitares, et un jeu de batterie inventif – bien qu’un peu moins virevoltant que celui de JB Pneu-Binidu-Jagwar Pirates – montrant que la cowbell a toute sa place dans les plans tordus du math/noise.

Mais Room 204 ne saurait se réduire à une version-bis du groupe à nom de fruit exotique, même si les amateurs de ce trio trouveront largement leur bonheur dans ce disque. Car si Maximum Vegetation, par son titre et sa tracklist, évoque la saveur délicate d’un panier de fruits fraîchement cueillis, il ravira également les viandards friands de barbeucs saignants. Cet album présente en effet également un côté plus rugueux, qui le ferait presque lorgner du côté du metal. Alors attention, il n’est pas question de blast-beats ni de chant growlé (de toute façon, du chant, y’en a pas). Mais force est de constater qu’il y a pas mal de riffs palm-mutés en haut de manche, qui viennent se poser comme une veste à patches sur les épaules du math/noise des nantais. De quoi donner à l’ensemble un côté moins fluide et plus tranchant que prévu. « Population de Cocotiers », sorte de manifeste heavy-ska, synthétise à lui seul ce télescopage entre deux genres. Mais on le retrouve également dans le très binaire « Biocorridor » ou l’instable « Dépression Herbeuse ».

Bref, vous l’aurez compris, cette petite galette, courte mais nécessaire, se dégustera avec un cocktail de fruits frais ainsi qu’une bonne bavette échalote. C’est marrant, dit comme ça, ça a l’air dégueulasse. Alors que Maximum Vegetation ne l’est franchement pas, bien au contraire.

Maximum Vegetation, c’est si tu n’as rien contre Papaye (ha tu l’as pas vue venir celle-là !), le math/noise satanique, le hard-rock vegan.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :